La vente du Grand Hôtel de Divonne


International /

Le Grand Hôtel de Divonne-les-Bains bien connu de tous fera l'objet d'une vente. C’est tout récemment en effet que le numéro deux des casinos français, le Groupe Partouche a annoncé qu'il désirait se séparer de plusieurs de ses complexes hôteliers dont celui de Divonne-les-Bains. Que s'est-il passé ? Qu'est-ce qui a provoqué une telle décision ? Ce sont des questions auxquelles nous avons apporté des réponses dans la suite de l'article.

Les difficultés financières du groupe Partouche : raison de la décision

Il faut rappeler que le Groupe Partouche est en difficultés financières depuis l'an 2008. Il suffit de lire le site du groupe pour s'en rendre compte. Mais en fin septembre, le groupe s'est vu placé sous procédure de sauvegarde. En effet, les créanciers du groupe ont refusé de réaménager leur dette qui revient à près de 235 millions d'euros.

Dans le but donc de payer ses dettes, le Groupe Partouche est contraint de procéder à la vente de quelques fonds ainsi que des hôtels. Par ailleurs Fabrice Paire, le fondateur du groupe espère que le plan de sauvegarde soit validé par le Tribunal de Commerce de Paris. Il espère également que la juridiction accepte le rythme de remboursement proposé par le groupe.

Le Grand Hôtel de Divonne-les-Bains en subit les conséquences

Le Groupe Partouche souhaite certes se séparer du Grand Hôtel de Divonne-les-Bains. Mais il faut noter que ce complexe hôtelier n'est pas le seul de la liste des actifs dont il souhaite se séparer. On retrouve également deux de leurs hôtels qui se situent à proximité de casinos leur appartenant. C'est le cas du Pavillon de la Rotonde situé près de Lyon à Charbonnière-les-Bains. Ainsi que l'hôtel du Casino de Juan-les-Pins situé à côté d'Antibes.

À cela s'ajoute la vente à 10,75 millions d'euros de leur casino de Dinant ainsi que la vente à 2,2 millions d'euros de leur ensemble immobilier de Reno situé aux États-Unis. Sans oublier pour une somme totale de 25 millions d'euros la vente de leurs actifs immobiliers en Espagne et en France et du casino belge de Knokke.